Musée de l’instrumentation optique

Le musée de l'instrumentation optique de Biesheim en Alsace est un superbe musée à la frontière de l'art et de la technique, présenté dans un cadre féerique sur plus 300m². L'évolution de l'optique au cours des trois derniers siècles y est décrite dans les domaines de la microscopie, de l'astronomie, de la marine, de la topographie et de la médecine.

Trois siècles d’histoire

350 ans d’histoire sont développés dans les domaines de la microscopie, de l’astronomie, de la marine, de la topographie, de la médecine, sur une surface de plus de 300m². Plus de 450 objets décrivent l’évolution de l’optique au cours des quatre derniers siècles. Pour voir au loin ou découvrir des objets de petite taille, pour naviguer, pour mesurer et partager les terres, pour connaître l’heure, on n’a cessé d’inventer de nouveaux outils de plus en plus performants et qui reposent sur les principes de l’optique.

  • Coordonnées

  • Accès

    • L’entrée du musée, au sous-sol du Capitole, se fait rue de l’église
    • Un parking gratuit se situe à proximité du musée
    • La visite du musée est accessible aux personnes à mobilité réduite et aux personnes souffrant de déficiences auditives, mentales et psychiques
    • La visite du musée, d’une durée moyenne de 60 minutes, se fait librement uniquement
  • Horaires d'ouverture

    • Mercredi à vendredi de 14h00 à 17h30
    • Jeudi de 09h00 à 12h00
    • Samedi et dimanche de 14h00 à 17h00
    • Le musée est fermé les jours fériés et du 24 décembre au 1er janvier inclus
  • Tarifs

    • Plein tarif : 3 €
    • Tarif réduit : 2.50 € (groupes à partir de 10 personnes et les seniors de plus de 65 ans)
    • Tarif jeunes : 1.50 € (scolaires et étudiants sur présentation de la carte étudiante)
    • Gratuit pour les enfants de moins de 6 ans et les accompagnateurs de groupes
    • Gratuit chaque premier dimanche du mois pour tous les publics
  • Le voir pour le croire

    Vitrine matériel de topographie

    Voir de l’infiniment grand à l’infiniment petit, modéliser en 3D, mesurer une distance, calculer une position, découper au laser, etc. : le musée de l’instrumentation optique de Biesheim en Alsace, unique en son genre, passe à l’inventaire tous ces instruments maniant la lumière pour dévoiler leurs prodigieuses applications. Lunette astronomique, lunette méridienne microscope de type Culpeper, graphomètre ou sextant, aucun de ces instruments n’aura plus de secrets pour les visiteurs.
    Une femme souriante, l’air espiègle : la finesse de la texture de sa peau, l’ombre et la souplesse de ses cheveux, la vivacité et la brillance de son regard : elle semble si réelle ! Pourtant elle n’est qu’un hologramme parmi une dizaine. Ces illusions en 3D accueillent les visiteurs et ne manquent pas de les troubler ! Elles démontrent que le monde de l’optique est un jeu de lumière qui permet la manipulation de l’image.

  • Le perfectionnement des instruments

    Graphomètre à pinnule signé C. Langlois

    Au-delà des mirages et des tromperies de la lumière, les hommes ont réussi à dompter leur sens visuel et à l’enrichir par l’intermédiaire d’outils et d’appareils ingénieux. On assiste, à travers les riches allées d’expositions thématiques, à la course effrénée du perfectionnement de ces instruments. Ainsi, vous pouvez tester la résolution d’une multitude de microscopes, comprendre l’utilité d’un héliostat ou d’un laser à vapeur d’or. Ophtalmomètre, règlement de mesure de presbytie, réfractomètre etc., traitent les maladies des yeux. Lorgnettes de spectacles et jumelles offrent une vision plus détaillée d’une scène ou d’un paysage. Télémètres, théodolites, niveaux, graphomètres, focomètres, tachéomètres, micromètres, cercles à réflexion, boussoles, compas, sextant, longues vues, télescopes, lunettes astronomiques, souvent des pièces uniques, sont valorisés par les matériaux qui les constituent : bois, laiton, cuivre, lentilles.

  • Un patrimoine technique haut-rhinois

    Instruments marins de navigation

    Le musée met en exergue le patrimoine technique local à travers l’œuvre de cinq hommes de sciences haut-rhinois qui ont contribué au développement de l’optique et de la mécanique de précision. Visualiser leur instruments de travail, écouter les anecdotes sur leurs vécus, c’est entrer dans l’intimité de leurs recherches.

    • François Antoine Jecker (1765-1834) voit le jour à Hirtzfelden. Les ateliers qu’il dirigeait à Paris ont fortement contribué au développement de la mécanique de précision et des techniques de l’optique.
    • Charles Xavier Thomas (1785-1870) est né à Colmar. Il est l’inventeur de l’arithmomètre, première machine à calculer industrielle fiable.
    • Jean Thiébault Silbermann (1806-1865) né à Burnhaupt-le-Haut, premier conservateur du Conservatoire des Arts et Métiers en 1848, il perfectionne bon nombre d’instruments de physique, dont l’héliostat qu’il présente à l’Académie des Sciences en 1843.
    • Eugène Kalt (1861-1941) médecin-ophtalmologiste né à Landser. On lui doit l’idée de la première application clinique des lentilles de contact en 1888.
    • Alfred Kastler (1902-1984) né à Guebwiller et prix Nobel de Physique en 1966. Les méthodes de pompage optique qu’il a mises au point et qui ont servies à la réalisation du premier laser à rubis en 1960, permettent de le considérer comme le précurseur du laser.

Camping l’île du Rhin

Télévision locale

Port de plaisance

Musée Gallo-Romain

Agenda

Médiathèque

Promenades en barques

Activités de plein-air

Pistes cyclables